L'INITIATIVE D'ÉCONOMIE SOCIALE DU RÉSEAU DE DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL
Rechercher
Facebook
Twitter
LinkedIn

Une coopérative de santé pour le bien-être de la communauté

Inspiration pour l’économie sociale

par Hugh Maynard

La coopérative Ici Santé Co-op, avec deux sites en Montérégie Ouest, vise à fournir des services de santé locaux adaptés à la réalité des municipalités rurales de la région. La coopérative s’est positionnée dans un créneau entre la large gamme de services de santé de masse et spécialisés fournis par le système public et les services plus coûteux offerts par les cliniques privées.

Amy Tolhurst, qui travaille comme infirmière en chef pour l’organisation depuis sa création en 2015, a noté que le modèle coopératif a été choisi parce qu’il est bien compris dans les communautés rurales en raison de la présence traditionnelle des coopératives agricoles, et c’est un modèle qui fonctionne bien parce qu’il implique la communauté.

« Le système public fait du bon travail en fournissant des services de masse, mais il est nécessaire d’offrir des soins plus personnalisés, d’accompagner nos patients et de fournir un accès local aux services. L’élément humain dans la prestation des soins de santé est important », dit-elle.

Ici Santé offre une gamme diversifiée et de qualité de services de santé tels que des tests sanguins, des vaccinations, des sutures et des soins préventifs de toutes sortes. La coopérative cherche à embaucher un médecin pour pouvoir élargir son offre de services et son niveau de soins à partir de ses deux locales actuels de Howick et de Saint-Louis-de-Gonzague. Elle est ouverte aux possibilités d’expansion si d’autres municipalités de proximité sont intéressées par le concept.

Mme Tolhurst a récemment quitté son poste d’infirmière en chef pour assumer un rôle de consultante afin de développer les soins de santé à domicile et les partenariats avec d’autres coopératives de santé, ainsi que pour tenter d’attirer un médecin qui souhaite travailler dans un environnement alternatif mettant l’accent sur une approche personnalisée des soins de santé.

Elle a été remplacée par Laurence Gingras, qui a travaillé pendant 11 ans dans un hôpital régional et qui était sur le point de quitter la profession.

« Nous ne pouvons pas être de bons soignants si nous ne prenons pas soin de nous-mêmes, et j’étais prête à quitter le système public pour de bon. À la coopérative, nous avons le temps de travailler, d’écouter et de comprendre, ce qui me permet de renouer avec ma profession et de me sentir à l’aise dans ce que je fais », explique Mme Gingras.

La coopérative Ici Santé a récemment intégré son système des réservations en ligne au système Clic Santé, ce qui lui a permis de se faire connaître davantage et de nouer des liens avec d’autres prestataires de services. Tolhurst a également participé à la conférence annuelle de la Society of Rural Physicians of Canada (la Société des médecins ruraux du Canada à Edmonton), en Alberta, et en est revenue pleine d’idées et de contacts.

Elle conseille aux personnes qui envisagent de créer une coopérative de santé de ne pas avoir peur.

« Sautez le pas ! Le modèle coopératif ne convient pas à tout le monde et, au début, j’ai reçu beaucoup de réactions de ‘cerf dans les phares’, et pas seulement de la part des patients », s’exclame Tolhurst. Mais ensuite, on rencontre des gens comme Laurence. Elle était prête à quitter son travail pour commencer (avec la coopérative) dès le lendemain ! »

Tolhurst explique que dans le système public, les priorités sont partagées entre les administrateurs et les gestionnaires de fonds, dont la formation met l’accent sur le profit en fin de compte. Les services de santé ont besoin de stabilité financière.

« Lorsque nous combinons la souffrance et le résultat, les décisions sont difficiles à prendre. Les professionnels de la santé accordent la priorité aux besoins du patient, de sorte que le bien-être de la communauté devient le chef de file de la recherche d’un terrain d’entente entre ces deux solitudes. » Elle ajoute que si les deux professions établissent une vision tournée vers l’avenir, comme elles tentent de le faire à Ici Santé, des investissements pourront être réalisés pour créer la stabilité qui fait actuellement défaut au système de soins de santé.

Mme. Gingras est d’accord. « Ce dont vous avez besoin, nous l’adapterons, et ce, beaucoup plus rapidement que le système public. Elle conclut : « À la coopérative, nous travaillons pour vous, pas pour quelqu’un d’autre. »

Comment fonctionne une coopérative de santé ?

Une coopérative de santé est une coopérative d’utilisateurs : les patients qui ont accès aux services de santé de la coopérative peuvent choisir d’en devenir membres en achetant une part sociale. La coopérative est dirigée par un conseil d’administration élu par les membres lors de l’assemblée générale annuelle. Les recettes proviennent d’une cotisation annuelle, actuellement de 125 dollars, et des services fournis aux patients. Tout excédent dégagé par la coopérative à la fin de l’exercice est réinvesti dans la coopérative.

L’une des priorités d’Ici Santé est de maintenir ses services de santé au coût le plus bas possible. Ainsi, les membres ont accès gratuitement à un certain nombre de services généraux, tels que les analyses de sang, les consultations et les soins infirmiers généraux. D’autres services spécialisés sont payants. La coopérative fournit également certains services pour le compte du système public, notamment lors des campagnes de vaccination de masse. Les non-membres peuvent également accéder aux services de la coopérative de santé et choisir les services dont ils ont besoin à la carte, mais ils doivent payer une redevance pour tous les services reçus.