THE SOCIAL ECONOMY INITIATIVE OF THE REGIONAL DEVELOPMENT NETWORK
Rechercher
Facebook
Twitter
LinkedIn

Une friperie de Gaspé en voie de prospérer en tant qu’entreprise sociale

Inspiration pour le mois de l’économie sociale – novembre 2023

par Hugh Maynard

La conversion de la friperie de New Carlisle, Québec, d’un service communautaire en une entreprise sociale a donné une nouvelle vie à un élément essentiel de la vie quotidienne de la communauté.

La friperie avait été gérée par l’église catholique de la ville en tant que service communautaire pendant 30 années, mais avait progressivement réduit ses heures d’ouverture à mesure que le personnel et les bénévoles prenaient leur retraite après de nombreuses années de service. Le service risquait de manquer de main-d’œuvre et d’énergie alors qu’il était bien utilisé et qu’il remplissait une fonction essentielle. La perte de la friperie aurait été un coup dur non seulement pour New Carlisle, mais aussi pour les communautés environnantes qui en dépendent.

Comme c’est souvent le cas dans de telles situations, la communauté s’est réunie pour discuter de solutions. Grâce aux informations fournies par SEEnet sur les possibilités de créer une entreprise sociale, il a été décidé que leCommittee for Anglophone Social Action (CASA), un organisme de développement régional dans la région et un organisme membre de RDR, prendra l’initiative pour trouver une solution d’entreprise sociale.

« Nous avons reçu un projet de la MRC Bonaventure pour embaucher une coordinatrice afin de pouvoir apporter un soutien plus important aux bénévoles qui dirigent l’initiative, a déclaré Allen Richards, directeur général de CASA. « Comme nous passons à un modèle d’entreprise sociale à but non lucratif, nous cherchons à rafraîchir les opérations avec de nouvelles idées. »

La première idée nouvelle a été de mettre en place un service de livres « en prendre un, en laisser un ». Il s’agit déjà d’une offre populaire qui vient s’ajouter aux vêtements et aux petits articles ménagers traditionnels vendus dans la boutique, et d’autres nouveautés sont à venir.

« Une fois que nous aurons achevé le processus de collaboration avec les parties prenantes pour mettre en place une gouvernance et déterminer un modèle d’entreprise, a expliqué M. Richards, nous commencerons à envisager d’étendre le service d’écorecyclage pour traiter les meubles et les objets plus volumineux. »

Les partenariats joueront un rôle important dans la transformation de la Friperie Hidden Treasures / Trésors cachés en entreprise sociale. Le Coopérative de développement régional du Québec (CDRQ) fournit des services de conseil pour mettre en place la gouvernance, le modèle d’affaires et le financement. Family Ties, une maison de famille à New Carlisle, envisagera de transférer son « comptoir d’échange » pour les biens usagés, et des discussions sont en cours pour collaborer avec d’autres services similaires dans les communautés voisines. Une autre possibilité est de travailler avec les programmes locaux d’éducation des adultes et de compétences professionnelles pour offrir une formation et une expérience de travail aux jeunes.

« Il s’agit d’un processus communautaire et il est donc important que les parties prenantes soient impliquées dans toutes les décisions concernant l’entreprise sociale, y compris le choix du nom », a conclu M. Richards.

Qu’est-ce qu’une friperie ?

Une friperie est un établissement de vente au détail où l’on vend des articles d’occasion ou usagés, généralement à des prix inférieurs à leur valeur de vente initiale. Ces magasins offrent souvent une grande variété d’articles, notamment des vêtements, des meubles, des articles ménagers, des livres, des appareils électroniques, etc. Les articles que l’on trouve dans les friperies sont généralement donnés ou consignés par des particuliers ou des organisations, et l’accent est souvent mis sur le recyclage et la réutilisation des articles dans le cadre de pratiques durables et respectueuses de l’environnement. Elles jouent un rôle essentiel dans la réduction des déchets en donnant une seconde vie aux articles usagés et en offrant des options abordables aux acheteurs. Si les friperies sont souvent gérées par des particuliers en tant que petites entreprises, elles sont de plus en plus souvent exploitées en tant qu’organisations à but non lucratif ou entreprises sociales, qui utilisent les recettes pour soutenir des causes caritatives, des programmes communautaires ou d’autres initiatives sociales. Cela leur permet à la fois d’offrir une valeur ajoutée aux communautés locales et d’agir comme des vecteurs d’impact social et environnemental.

THIS WEBSITE USES COOKIES

We believe your data is your property and support your right to privacy and transparency.